Pandémie du COVID 19 et sécurité routière

L’année 2020 restera dans les mémoires comme une triste année marquée par le développement du confinement et des mesures sanitaires destinées à freiner la propagation du virus COVID 19.

C’est donc une année qui a entraîné une diminution de l’activité industrielle et commerciale fortement marquée dans divers secteurs que chacun connait.  Elle a entraîné en même temps une forte diminution du trafic routier. On a constaté également, et cette fois heureusement, une diminution du nombre des accidents et des victimes de la route. Malheureusement, la baisse du nombre des accidents n’a pas été proportionnelle à la baisse du trafic ce qui montre que  le fait qu’il y ait moins de monde sur la route encourage certains usagers à rouler plus vite et à prendre plus de risque.

  • Effets du confinement
  • Effets positifs pour la sécurité          
  • = forte baisse du trafic routier
  • = baisse (moins forte) du nombre des accidents
  • = baisse (encore moins forte) du nombre des tués.
  • Effets négatifs    
  • = accroissement des vitesses sur les routes peu fréquentées
  • = accroissement de la gravité des accidents
  • = augmentation du risque routier pour les (rares) usagers

C’est ce qui a été constaté au moment du confinement du printemps, la forte baisse du trafic (-77 %) a certes entraîné une baisse du nombre des accidents, mais une baisse moins forte (-55 %) que celle du trafic et une baisse encore moins forte du nombre des tués. Cela signifie que sur les routes désertes, les rares usagers prennent plus de risques et circulent plus vite au-delà des limitations de vitesse en vigueur On a noté une augmentation du nombre des infractions pour grands excès de vitesse. Ceci a entraîné une augmentation du risque routier pour les quelques usagers et une augmentation de la gravité des accidents.

Avec une baisse du nombre des accidents corporels de près de 20% qui entraîne une baisse  du nombre des blessés et des tués, on se rapproche de l’objectif de moins de 2000 tués par an mais avec comme seule cause la baisse du trafic.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *